- Association Saint-Dominique

2
Posté le Nov 10 2020

Lundi 9 Novembre, Valérie Ortet – sous-préfète, accompagnée de Jean Luc Vachelard Maire de Brioude et de Jean Pierre Vigier Député de la 2ème circonscription de Haute loire, est venue rencontrer les membres de l’Association Saint Dominique dans le cadre de leurs nouveaux projets.

En effet, l’Association mène un projet de Maison des aidants sur le site de l’ancien tribunal de Brioude ainsi qu’un projet d’habitat partagé & inclusif sur le site dédié jusqu’ici à l’hébergement des sœurs de Saint Dominique sur la Résidence Mouret.

L’Association réfléchit depuis quelque temps à répondre au mieux aux attentes et besoins variés des personnes âgées du territoire de Brioude, en proposant d’autres solutions que l’hébergement permanent en EHPAD.

Elle a ainsi décidé, et affirmé dans son projet d’établissement 2018-2022, de s’engager fortement dans l’accompagnement des personnes âgées vivant à domicile et dans le soutien à leurs aidants.

La Maison des aidants

Elle s’adresse à des personnes âgées touchées par des pathologies neuro-dégénératives telles que les maladies d’Alzheimer et de Parkinson et la sclérose en plaques, et de leurs aidants par le déploiement d’une offre complète comprenant des activités d’ores et déjà effectives : l’Accueil de Jour,  le Pôle d’Activités et de Soins Adaptés  et des actions dédiées aux aidants (Café des aidants, ateliers « santé des aidants », formation) et des actions de prévention du vieillissement.

Ces activités déjà existantes concourent au même objectif d’accueil et de soutien des personnes âgées à domicile et de leurs aidants, mais elles ne bénéficient pas pour le moment d’une visibilité physique commune, montrant leur cohérence stratégique, leur complémentarité, leur coordination : il s’agit donc de créer une « Maison des Aidants », lieu où les aidants et les personnes âgées résidant à domicile, trouveront soutien, assistance, conseil, ressources.

L’habitat partagé & inclusif

L’habitat partagé est destiné aux personnes handicapées et aux personnes âgées qui font le choix, à titre de résidence principale, d’un mode d’habitation regroupé, entre elles ou avec d’autres personnes.

L’habitat inclusif doit faciliter la participation sociale et citoyenne de ses habitants par une localisation stratégique afin de faciliter l’accès des personnes à un environnement de services et d’équipements : commerces, services d’accueil de proximité, professionnels médicaux…

Les politiques publiques vont dans ce sens et réaffirment de façon constante la primauté du domicile et la subsidiarité de l’EHPAD. Entrer en structure médicalisée représente désormais une étape ultime dans un parcours de santé qui bascule vers l’entrée dans la dépendance.

Nous constatons par ailleurs, que beaucoup de personnes souffrent d’un isolement relationnel qui altère leur santé, telle que définie par l’Organisation Mondiale de la Santé, sans pour autant vouloir entrer en institution.

La communauté des Sœurs de St-Dominique s’étant réduite au fil des années il est collectivement venue l’idée de partager ce lieu avec d’autres personnes qui connaissent des situations similaires.

C’est donc un nouveau projet communautaire qui émerge. Il s’adresse à des personnes isolées et qui aspirent à pouvoir recréer du lien social et disposer d’un lieu de vie sécurisant.

Le lieu de vie de la Communauté, adossé à la Résidence Mouret, et autonome, dispose de 10 chambres équipées d’une salle d’eau sur deux étages plus une en rez-de-Chaussée.

Aussi La création d’une offre d’accueil en colocation s’inscrit comme une continuité de l’occupation faite jusqu’à présent.